Journal d’un vampire en pyjama

C’est Joris au lycée qui pour me draguer m’a prêté ses exemplaires des premiers romans de Mathias Malzieu : Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi et La mécanique du coeur. Pari réussi puisque maintenant ses livres trônent dans nos bibliothèques, bien joué Zuko ! Et depuis j’accueille avec une impatience non feinte les nouveaux romans de l’homme aux multiples talents puisqu’il est également le leader du groupe français Dionysos. Leader qui se jette dans la fosse et saute sur scène en permanence, jamais épuisé jusqu’à l’aube de ses quarante ans.

Savez-vous que les fantômes mangent les nuages ?
malzieu1

Pour vous introduire* son nouveau livre, je vais devoir vous parler des précédents et surtout de son premier roman Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, de loin une de mes histoires préférées. Ce livre c’est l’histoire du deuil que traverse Malzieu suite au décès de sa mère, jeune adulte il redevient enfant et affronte l’horrible réalité de la solitude post-mortem et des interrogations lancées en l’air à une vivante qui ne l’est plus. L’auteur rencontre sur le parking de l’hôpital, Giant Jack « docteur en ombrologie » qui soigne les gens atteints de deuil. Bien qu’à l’époque je n’avais qu’une vague connaissance du deuil, j’ai été touchée en plein coeur par le maniement poétique des mots de Malzieu et la touche burtonnienne (le bon Burton, celui du début pas celui qui s’autosaborde aujourd’hui). Je ne sais pas si un livre peut vraiment changer une vie, malgré ce que j’ai écrit il y a deux ans, mais celui-ci est suffisamment important pour en faire partie du moins. J’ai rarement senti mon coeur se serrer en lisant des mots,j’ai rarement eu l’estomac se tordre et les sanglots arriver sans crier gare. J’ai rarement été incapable de fermer un livre au point de trouver des astuces pour le lire discrètement (pensais-je) en classe (Bon, pour Harry Potter, ok). Le plus dur c’est de devoir faire à mon tour le deuil de ce livre, cette histoire terminée, le poser sur l’étagère et passer au suivant alors que toutes mes pensées étaient envahies des mots de Malzieu. Moi la fan de Lewis Caroll et de Roald Dahl j’avais enfin trouvé leur équivalent français. L’homme qui réussit à faire des contes doux-amers pour adultes.

Je ne vais pas pouvoir m’empêcher de vous raconter notre brève rencontre ratée à la Fnac d’Amiens ou le groupe Dionysos était venu pour une séance de dédicace. J’étais, je l’avoue, terriblement intimidé par ce petit monsieur à qui j’ai timidement dit en tendant mon exemplaire de Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi lançant un « Il était super ! » … Il était super ? Sérieusement meuf ? Comment peut-on dire à un auteur qui livre un récit presque autobiographique autour du deuil qu’il a vécu « C’était super ! ». Je sais que je manque souvent d’éloquence dans les moments cruciaux, mais c’était le comble. Sept ans plus tard, je m’en veux encore terriblement, c’est dire (J’ai eu aussi la bonne idée de signaler que mon doudou portait le même nom qu’un des membres du groupe ce qui m’a valu de joyeuses brimades de la bande).

Bref, je vais devoir faire court et vous passer l’inventaire émotionnel de ses autres romans, déjà parce que j’ai moins aimé, mais aussi parce que le temps presse et que vous ne lirez jamais la suite. Et quelle suite !

Oui quelle suite, Journal d’un vampire en pyjama est également une fiction autobiographique, le journal intime romancé de l’auteur suite à la découverte de sa maladie auto-immune, une aplasie médullaire découverte le lendemain du tournage du clip pour le film Jack et la mécanique du coeur. Déçu d’être coincé en chambre stérile au lieu de faire la promotion de ce film d’animation qu’il a mis plusieurs années à accoucher, Malzieu écrit des chansons à distance pour le prochain album de Dionysos (Vampire en pyjama, je suis en no buy month autant vous dire que je pleure devant le vinyle) profite de quelques jours de permissions pour lancer Eggman Records (pareil je pleure devant tous les vinyles, oeillades appuyées, c’est mon blog j’ai le droit !) en mangeant des crêpes et des coquillettes sous l’oeil moqueur de Dame Oclès qui le traque dans ses déplacements prête à lui enfoncer son épée pour en finir avec les perfusions sanguines, Malzieu se transforme en vampire sans canines et à besoin de sa dose de sang neuf hebdomadaire. Ce guerrier de porcelaine se nourrit également de livres chinés chez Shakespeare and Co et cite Withman, ce capitaine qui l’accompagne dans son naufrage programmé. Miracle de la science, puisqu’il est encore parmi nous aujourd’hui ce n’est pas spoiler de dire qu’il fut sauvé grâce à une greffe issue d’un don de cordon ombilical. Aujourd’hui l’auteur a un nouveau groupe sanguin, une deuxième mère inconnue et à la droit de ce faire a une jolie renaissance en bonne et due forme ! Et de ce fait n’a aucune raison de ne pas nous écrire encore plusieurs dizaines de romans ! Une fois le livre refermé j’ai ressenti à nouveau ce spleen d’aventure finie. J’ai eu envie de reprendre le livre depuis le début et de le relire dans la foulée, mais la vie m’a rattrapée, cette peste ! Évidemment je suis à la fois admirative et jalouse de cette faculté de rendre sa vie douce-amère, onirique et fantaisiste ! Joli bordel dans lequel tout est bien qui finit bien ! Et l’auteur de conclure :

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue »

Est ce que c’est nul de vouloir dire à un artiste « Merci », sans savoir vraiment expliquer pourquoi ? Vous avez deux heures.

malzieu2

Et j’ai eu la chance d’obtenir un exemplaire à vous faire gagner, rendez vous dans l’article suivant !

IMG_1335
L’homme volcan, uniquement en numérique

IMG_1333

Oui ce blog devient un blog lecture, c’est des périodes, on parle cinéma bientôt. Promis.

* C’est un anglicisme ça ou ça se dit en français ? Je ne sais pas, je ne sais plus, à jongler entre les langues j’en perds mon latin.

Laisser un commentaire