Présentation presse de la comédie musicale La Belle et la Bête.

Depuis l’enfance je suis passionnée, au sens propre du terme, par le roman de Madame Leprince de Beaumont La Belle et la Bête. Surtout par ses deux plus grandes adaptations cinématographiques, à savoir celle de Jean Cocteau et celle des Studios Walt Disney.

Menken01

Mais je suis également une grande fan du compositeur du second âge d’or des studios (qui semble être révolu), Alan Menken, dont les bandes originales (La Petite Sirène, La Belle & la Bête, Aladdin, Pocahontas, Le Bossu de Notre Dame, Hercule et plus récemment le génial film Il était une fois) ont véritablement bercé mon enfance, adolescence et continues aujourd’hui d’être dans mon top iTunes.

Quelle joie donc pour moi, que d’avoir reçu des invitations pour la présentation de la comédie musicale qui arrive enfin en France dés le mois d’Octobre. Présentation en présence d’Alan Menken, lui même et en plus dans la merveilleuse Salle Gaveau. Retour sur l’histoire du grand compositeur.

Alan Menken a grandi dans une famille qui adorait le théâtre musical et qui jouait énormément de musique. Son rêve à lui était de devenir une rock star, et surtout pas un compositeur de comédie musicale. Le premier musical qu’il a vu a été My Fair Lady, il va s’en dire, qu’il a adoré.

Howard Ashman est venu le chercher pour écrire l’adaptation musicale de God Bless you Mr Rosewater. À cette époque Alan n’écrivait pas seulement la musique, mais, également, les paroles et le livret. Seulement, il n’écrivait que pour lui et n’avait jamais travaillé pour les autres. Howard est venu chez lui et ce fut un coup de foudre artistique.

A l’époque, le succès de God Bless you Mr Rosewater est énorme, les deux hommes sont au centre de l’attention. C’est ainsi qu’ils se font remarquer par les studios Disney, qui cherchent à produire des films musicaux comme à la grande époque des années trente (Blanche Neige et les sept nains, La Belle au bois dormant et Cendrillon étant les grands succès), afin de sortir de leurs années dîtes « sombres » (Voir le documentaire Waking Sleeping Beauty). Les équipes créatives de Disney ont tout de suite vu la capacité d’Howard d’écrire des histoires en musique.

Menken02

Grand succès pour La petite Sirène qui remporte l’oscar de la meilleure chanson originale en 1990. La Belle et la Bête est une continuité logique du travail d’Alan et d’Howard. Mais ce long métrage d’animation va plus loin encore, avec un vrai style Broadway, un style où on raconte l’histoire à travers des chansons. C’était une volonté propre à Howard de prendre ce style très typique.

Le casting original américain est, lui aussi, révolutionnaire, étant composé uniquement de stars de Broadway. L’idée étant d’avoir un doublage pour les chants (et voix parlées, évidemment) vraiment joués. Et pas seulement « performer ».

Le New York Times déclare que La Belle et la Bête (le film) est la meilleure création de Broadway.

La comédie musicale contient toutes les chansons du film (et, grande joie pour les fans français, les paroles ne seront pas changées) ainsi que sept nouvelles chansons (six pour ceux qui ont le DVD avec « Humain à nouveau ») écrites par Tim Rice, Howard Ashman étant mort du Sida, six mois avant la sortie du film. Alan Menken explique que les nouvelles chansons ont été pensées et composées en fonction des changements des artistes, des costumes et des décors. Que c’était un challenge de penser à ces contraintes, contraintes qui n’existent pas dans le dessin animé.

Dans le spectacle Menken a pu développer les moments dramatiques qu’ils n’avaient pas eu le temps de développer dans le dessin animé. Maurice à enfin deux chansons («No matter what» et sa reprise) et la Bête, surtout, à droit à son grand moment musical (la merveilleuse «If I can’t love her», notamment).

«Humain à nouveau» devait être dans la version cinéma de La Belle et la Bête, mais durait neuf minutes (à savoir, dans le DVD, cette scène dure 4 minutes 54). Durant ces neuf minutes, les saisons défilaient. Mais il y avait un problème de scénario, Maurice étant déjà dans les bois. Comment pouvait-il vraiment survivre ? La chanson fut remplacée par «Je ne savais pas».

La chanson d’ouverture du long métrage, «Belle», est une première dans son genre. C’est une chanson évolutive, au fur et à mesure que Belle traverse le village on apprend sur sa personne. Que c’est une fan de littérature, qu’elle est très différente des autres personnes du village, etc. On rencontre également Gaston, le prétendant de Belle mais qu’elle ne désire absolument pas. Rappelons que c’est un «Analphabète, basique et primaire» (mon insulte préférée à l’école). C’est la première fois qu’une chanson aussi longue ouvre un film. Pour l’anecdote, Howard ne voulait pas envoyer la démo aux studios, pensant qu’elle était, justement, trop longue, et qu’elle serait refusée. Bien au contraire.

«C’est la fête» est un grand numéro de spectacle, qui est vraiment un numéro de scène. Les deux hommes se sont inspirés pour ce numéro «très français» de Maurice Chevalier. Pour info, Alan avait joué la mélodie très connue, pour «essayer», comme premier jet, et ne voulait certainement pas la garder. Heureusement pour nous, ce fut la seule qui fonctionnait avec les paroles d’Howard.

Trois chansons sur cinq sont nommées au Oscars. Pour la première fois de l’Histoire, un long métrage d’animation est nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film. Le dessin animé remporte, d’ailleurs, le Golden Globe dans cette catégorie.

Menken03
C’est également la deuxième fois que les auteurs cherchent à reconstruire une chanson du film pour la sortir en single, en «pop-song». La première fois étant «Embrasse là», pour La petite Sirène, qui n’avait pas fonctionné. À l’époque, Céline Dion n’était pas connue, «Beauty & The Beast» fut un de ces premiers succès. À savoir, qui a contribué au succès de l’autre ?

La soirée s’est terminée avec la présentation très attendue des deux rôles phares, Manon Taris et Yoni Amar, interprétants (Avec Alan Menken au piano)«La Belle & La Bête».

Merci à Aidem Communication et au site http://www.musicalavenue.fr/ pour les invitations.

Menken04

 

Informations pratiques :
La Belle et la Bête – Le musical
Théâtre Mogador – 25 rue de Mogador – 75009 PARIS
http://www.labelleetlabete.fr/
https://www.facebook.com/labelleetlabete.lemusical
https://twitter.com/labelleetlabete

NB : Les photographies sont des captures d’écran et de mon instagram, mea culpa pour la qualité un peu cracra.

2 commentaires sur “Présentation presse de la comédie musicale La Belle et la Bête.

  1. Hou la la, ça commence mal : ça gueule un peu trop sur cette chanson, on n’est pas dans la nouvelle star : de la nuance SVP. Cette chanson est douce.

Laisser un commentaire