Journal de festival #6

À l’heure où j’écris ces lignes il ne reste que deux jours de festival et ça me fout d’avance le bourdon. Je sais que je suis fatiguée et que je dois gérer quatre vies en une (non je n’exagère même pas) mais quand même, regarder 5 ou 6 films en une journée je pourrai en faire mon métier. Ça m’arrangerait même ! Je suis plutôt douée pour ça.

Jour 6 : Jeudi 17 Novembre. 

Comme je vous l’ai dit dans le précédent article, j’ai commencer tardivement la journée, à 14H avec la Masterclass captivante et très dense de Douglas Trumbull qui m’a donnée envie de revoir Blade Runner, Ridley Scott, 1982, et de relire dans la foulée Les androïds rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick  (dit la fille qui a reçu une lettre de menace de la fac pour retard de prêts et qui s’est engagé dans un comité de lecture), promis on vous retranscrit tout ça dans les jours qui viennent sur Fais pas genre !

le-jolly-roger-fifam36-fifam-festival-international-du-film-amiens-cinema-douglas-trumbull

Logiquement on aurait dû continuer avec un Louis Malle que je commence à beaucoup aimer mine de rien, mais on avait faim et on avait surtout peur de ne pas avoir de place pour le film qui suivait : Silent Running de Douglas Trumbull, 1972 que j’avais super envie de voir sur grand écran. Résultat j’ai acheté trois vinyles (dont un Cocteau) et en plus il y avait de la place pour le film. Silent Running est une jolie fable écologique, un film charmant, un peu désuet que je suis bien contente d’avoir vu sur grand écran.

le-jolly-roger-fifam36-fifam-festival-international-du-film-amiens-cinema-douglas-trumbull-silent-running

Puis après on est rentré réchauffer nos pizzas froides du midi. De mémoire de festivalier, jamais pire journée ne fut connue. Demain on se rattrape grave ! Promis !

Laisser un commentaire