Exposition Lumière ! Le cinéma inventé !

Vous allez finir par me connaitre par coeur, moi et surtout ma manie imbécile d’aller aux expositions à la dernière minute. C’est le cas pour l’exposition « Lumière ! Le cinéma inventé ! » qui avait lieu au Grand Palais jusqu’au 14 juin 2015. J’y suis allée une après-midi, celle d’avant le concert de Paul chéri, pas trop pressée par le temps sauf que …

Sauf que je ne prends jamais le temps de lire les petites pancartes quand y’a des vidéos et que des projections d’une heure trente en pleine exposition c’est la pire idée du siècle. Du coup j’étais un peu embêtée et je n’ai pas pu refaire un mini tour ou regarder toutes les vidéos, ce n’est pas terrible.

lanterne magique lumiere

L’exposition était vraiment ludique, possibilité d’actionner des lanternes magiques, ou des zoopraxiscope -entre autres – ce qui est plutôt fun pour la gamine que je suis !

L’exposition hors l’incident vidéo d’une heure trente – qui du coup m’a fait prendre un retard conséquent en plus de m’être retrouvée coincée dans un métro surchargé par 40° mais je vous passe les détails, Paris tu pues – était très bien construite, très jolie dans un rêve bleu et se découpait en 8 parties.

lanterne magique 2

1. Insuffler le mouvement : le cinéma des premiers temps. 

Avec par exemple ci-dessous un fusil photographique, inventé par Etienne Jules Marey pour capturer le mouvement, et ceux qui me connaissent bien savent que je passe une partie conséquente de ma vie à écrire sur ça alors j’étais bien contente d’en voir un en vrai ! Le cinéma est né avec la photographie et la volonté d’animer ces images fixes.

fusil photographique

fusil photographique2

L’exposition à trouvé un joli moyen de pouvoir diffuser les 1422 films des Lumières grâce à ce superbe et hypnotique panorama.

mur lumiere film

2. Transformer l’image.

L’exposition nous présente quasiment un siècle d’évolution technique et esthétique dans le cinéma. Elle met en relation des images d’époque avec des images d’aujourd’hui, passer d’une boite Lumière à un écran tactile est judicieux, cette comparaison XX et XXI siècle permet au spectateur de s’interroger sur sa consommation en masse d’images animées, alors qu’un siècle plus tôt voir ces images relevait du luxe.

lumiere 2 lumiere 3

3. L’industrie Lumière  : Une industrie familiale. 
Faisant des études de cinéma depuis la seconde, j’ai peut-être un peu passé rapidement en revue ce qui avait attrait à l’historique des usines Lumière, des fabrications de plaques photographiques et autres produits de développements photographiques.

lanterne magique 4 lumiere 4

4. Du pré-cinéma à la première séance collective.
Pas mal de jouets optiques avec lesquels ont avait le droit de s’amuser (comme je l’ai dit un peu plus haut) ce qui donne lieu a la naissance inévitable du cinématographe. Le plu joli dans cette exposition est sans conteste la reproduction du fameux salon indien au Grand café à Paris,  dans lequel eu lieu la première séance payante de cinéma. La fameuse où les gens ont eu peur en voyant le train arriver en gare selon la légende.

Le train lumière

5. Les contemporains des Lumières : Pathé Gaumont et Méliès

Axé plutôt sur la production des films et du marché engendré par les vues Lumière. Je me souviens plus trop trop trop c’était y’a deux semaines.

Serpentine
lumiere 5 

6. Les films Lumières : Filmer le réel au-delà des frontières. 

Mais bien sûr, les petits films des opérateurs Lumière qui voyagent tout autour du monde pour nous rapporter des images exotiques. On pouvait lire grâce à un écran tactile tout un carnet de bord d’un opérateur, c’est chouette de pénétrer dans l’intimité d’un voyage comme ça. La naissance du premier travelling sur une barque et le cadrage « Lumière », c’est probablement ce que je préfère chez eux, pas les sorties d’usine ou les trains, mais plutôt la soif d’aventure et de découverte que les caméras ont permis d’assouvir.

7. La photographie, toujours…

La petite fille et son chat

Louis Lumière a inventé un panorama qui permettait de projeter un 360° dans une rotonde. L’exposition avait une reconstitution et le résultat est bluffant ! Vraiment en avance les deux frérots !! Le cinéma, le panoramique et même la photographie couleur, ils auraient vécu 100 ans de plus qu’ils inventaient le numérique et l’iPhone, j’en suis certaine !

Ci dessous, un livre où l’on rangeait nos cartes de visite, cartes qui sont drôlement plus belles que les trucs moches que vous imprimez chez Vistamachin hein.

porte carte visite

8. L’héritage lumière au XXe et XXIe siècle : permanence esthetique et mutation technologiques.
C’est malheureusement cette partie que j’ai dû abandonner en cours de route alors que j’aurai aimé m’y attarder un peu plus, je ne peux pas vraiment vous en parler. Si ce n’est que le début avait l’air prometteur !

My bad !

Bref, l’exposition était chouette, je suis déçue comme d’habitude d’être allée la voir à la dernière minute et surtout de vous en parler deux semaines après, maintenant qu’elle est bien fermée. Mais que voulez-vous, ça se vérifie qu’une habitude chassée revient vite au galop !

 

Laisser un commentaire