Et après ?

Beaucoup de choses se sont passées en France en ce début d’année 2015. Comme beaucoup j’ai été choquée, inquiète. Je ne lisais pas Charlie Hebdo, déjà parce que je n’ai même pas le temps de lire les revues de cinéma auxquelles je suis abonnée et aussi parce que ce n’était pas mon genre de lecture tout simplement. Je me gaussais évidemment devant les caricatures que je voyais passer à la télévision ou sur Internet, ils était culottés ces petits gars et j’aimais bien ça.

10891829_10152609518618201_7635960236949555122_n

L’année 2015 marque clairement le début d’une nouvelle époque, d’une nouvelle ère. Celle ou des affiches « Alerte attentat » sont placardées dans les magasins, comme dans un mauvais film futuriste. Je n’ai pas peur des terroristes, je suis juste terriblement triste pour eux d’avoir autant de haine et si peu d’intelligence d’esprit. Je suis triste pour les victimes, les familles des victimes. Celles d’hier et celles de demain parce que je me suis fait une raison : ils sont là et ils vont frapper. Je suis triste pour les musulmans, les juifs et les chrétiens et les autres aussi. Pour les athées et les agnostiques. Pour les enfants à qui il faut expliquer tout ça sans montrer nos larmes. Je suis triste pour cette putain de récupération politique de merde et ces vautours qui n’attendent même pas que les cadavres refroidissent pour monter leurs campagnes électorales nauséeuses.

Mais à côté de ça je suis émue, de vous voir, de nous voir, dans la rue. Leur dire qu’on a pas peur et qu’on continuera à dire ce qu’on pense dans la presse. Ce mouvement de solidarité entre les religions, entre les presses, entre les citoyens français, européens, mondiaux. Mais après ? Après ? On va recommencer à se taper dessus, à se stalker sur les réseaux sociaux, se désolidariser. Est-ce qu’on peut juste continuer à s’envoyer des mots d’amours et se tenir la main dans la rue. Se sourire, se souhaiter une bonne journée et montrer qu’on aime l’autre même si c’est un gros con ? Je suis la première à râler et a détester le monde entier, mais je vais vous dire une chose : Si la France d’aujourd’hui c’est celle que j’ai vue dans la rue, si c’est celle des réseaux sociaux, si c’est celle de #Jesuischarlie alors je ne la quitterai pas à la fin de mes études. Parce que cette France-là est putain de belle. J’espère que ce n’est pas une illusion, que les politiques islamophobes ne gagneront aucune élection, que les attaques contre les religions et les lieux de cultes cesseront, que les enfants continueront à faire des dessins. Dîtes moi que ces trois derniers jours et que ces dix-sept morts ne seront pas vains. Que cet élan de solidarité n’était pas éphémère, que tout ceci n’était pas juste une illusion le temps d’un deuil.

10906053_777089305671768_6481093495800146776_n

Et faîtes vous des bisous, j’en ai besoin et vous aussi.

3 commentaires sur “Et après ?

Laisser un commentaire