Des films et un carnet

Je ne sais pas si vous connaissez mon amour pour les carnets, amour que partagent avec moi la plupart de mes copines (Coucou Candice et Pauline !). Et comme 2016 est l’année de toutes les bonnes résolutions (oui je dis ça tous les ans et prout d’abord), je ne tiens pas un, mais deux carnets (Cinq pour être honnête, j’ai toujours le « one line a day » qui s’étend sur 5 ans, que j’ai à peine tenus cette année, mon journal de bord de comédienne à fleur de peau que je partagerai peut être un jour si j’arrive à ne plus être pudique et celui dans lequel je note toutes les références pour mon mémoire).

Un carnet de motivation inspiré par Camille dans lesquels j’écris mes buts à atteindre mois par mois voir semaines par semaines, histoire de rester motivé tout au long de l’année. Pour moi qui est tendance à me morfondre et à bouder j’espère que cet outil m’aidera à me dépasser quotidiennement (et à sortir de cette p*tain de zone de confort qui commence à ressembler à une prison).

carnet films cinema

Le deuxième est celui dont je vais vous parler souvent, une envie de partager des écrits manuels dans un espace virtuel. Un carnet sur le cinéma, les films que je dois voir parce que ça craint de ne pas les avoir vus, ceux que je vois (au cinéma, DVD ou Netflix, tout confondu) et des écrits sur un ou plusieurs films si l’envie m’en prend. Le carnet est à pois et des pois qui brillent, ça peut annoncer qu’une bonne année 2016 cinéphilique (même si on a eu Star Wars cette année et Inside Out).

J’ai acheté ce carnet dans cette optique avant que Joris le Père Noël ne m’offre Les films de ma vie de François Truffaut qui m’a conforté dans l’idée d’écrire et de tenir un journal de cinéma.

C’est quand même plus marrant que d’écrire un journal intime dans lequel on se plaint tout le temps ? (Moi je ne sais pas pour vous, mais je me souviens qu’en 4e je me plaignais tout le temps parce que ma mère était reloue et j’écrivais que j’étais honteuse parce que j’avais envoyé Frédéric paître quant il m’a demandé de sortir avec lui et que les copines me charriaient parce que je n’étais pas encore sortie avec un garçon – et plus encore -, mais il avait tellement de boutons blancs et tellement de cheveux gras et en plus il n’était pas très cultivé, donc bon hein). 

Ne me jugez pas sur la liste ci-dessous, je sais que c’est honteux. Je me rattrape déjà aujourd’hui en regardant The Breakfast Club sur Netflix au lieu de travailler, un de moins !

 

carnet-cinema-film-liste-2016

 

Je n’ai pas de stylo à paillettes par contre, ni de masking tape. Je vais remédier à ça et coller des photos de Cocteau et Truffaut partout dans mon carnet avec des coeurs, comme je le faisais avec les photos de Guillaume (affublé du sobriquet « le conquérant de mon coeur », pensez ce que voulez, mais en tout cas j’étais une poète) en CE1. Parce que sinon c’est nul et triste.

6 commentaires sur “Des films et un carnet

  1. « Un carnet de motivation inspiré par Camille dans lesquels j’écrits mes buts à atteindre mois par mois voir semaines par semaines, histoire de rester motivé tout au long de l’année. »

    Ça m’a tout de suite fait penser à un truc : tu connais le défi 1001 choses en 101 jours ? C’est un peu l’idée, sauf que du coup, ça dure un peu plus de 3 ans ! Mais l’objectif est relativement le même. Avec en plus la dimension « mais au fait, qu’est ce que je veux faire de ma vie ? » qui vient quand on essaye d’écrire 101 choses qu’on aimerait faire (bon, perso, j’ai pas réellement commencé le défi parce que j’ai jamais dépassé les 70 trucs, mais, un jour peut être !).

Laisser un commentaire