Carnets de voyages : Un weekend à Londres #2

La suite du Carnets de voyages : Un weekend à Londres #1

Si vous êtes vraiment sensibles passez cet article. Si vous êtes sensible mais ça va, ne cliquez pas sur les liens qui emmènent à des photos plus « dures ». Si vous êtes ok, lisez-moi et commentez, et mettez des coeurs aussi, ça fait toujours plaisir des coeurs ! 

Samedi 7 Janvier (bis) :
Bien repus, nous nous sommes dirigés non sans mal, merci le GPS de Rémi, vers le Hunterian Museum, où une queue moyennement importante s’était déjà formée devant le musée. Après une petite demie-heure d’attente, nous pénétrons enfin dans l’enceinte du musée où pour réguler l’affluence des Pass sont donnés à l’entrée, que l’on doit rentre à la sortie. J’avais tellement hâte de voir ce musée et je n’en fus pas déçue le moins du monde. Des bocaux par centaines, des spécimens magnifiques. J’ai été fascinée par les utérus (ce que je n’ai pas consigné dans mon carnet c’est que j’avais mes règles et les crampes qui vont avec et que j’ai passé du temps devant un utérus pour bien comprendre ce qui se contractait), et la collection de foetus d’une beauté indescriptible (encore une photo) (et une autre). Il il y en avait un encore dans la poche des eaux, c’était assez magique ! Il y avait aussi une petite collection de pénis atteints de maladies diverses, des têtes de singes. Un beau spécimen d’oiseau avec son nid et ses petits. Le musée était sur plusieurs étages. Il y avait aussi une table d’autopsie, des accessoires chirurgicaux de l’époque. Le squelette d’un homme vraiment très grand et plein d’autres choses encore. C’était incroyable. Je crois en toute sincérité que, même si je ne connais pas du tout la ville, c’est mon endroit préféré de Londres. Certes, c’était beaucoup moins intime que la galerie d’anatomie comparée de Paris, car il y avait plus de monde. Ou peut-être tout autant ? L’endroit était plus petit, plus étroit. J’ai vraiment hâte d’y retourner. Je me suis une nouvelle fois lâchée dans la petite boutique où j’ai discuté avec le vendeur qui tenait absolument à savoir d’où je venais en France. Il connaissait Amiens qu’il adore. La cathédrale est belle et on y mange bien. Meilleure critique touristique entendue jusqu’alors. Délestée une nouvelle fois de 20£, direction Leicester Square pour retourner dans la petite boutique « The cinema store » que nous avions tant aimé la dernière fois. Malheureusement cette boutique est fermée et remplacée par un énième Subway. D’ailleurs j’ai constaté que Londres était vraiment une ville à enseignes. Toujours les mêmes, toujours les grands groupes. Très peu de petites enseignes gastronomiques. On ne peut pas faire ce reproche à Paris ou la France en général, même si les grandes enseignes y pullulent aussi. Je trouve que les indépendants sont bien implantés et n’ont pas trop à craindre.


La prochaine fois, ça sera plus fun ! Je vous parlerais d’Harry Potter !

Laisser un commentaire