Carnets de voyages : Un weekend à Londres #1

Vous connaissez mon amour des carnets et ma manie de consigner pas mal de choses sur papier. Je suis tombée amoureuse de carnets à paillettes que j’ai décidé d’acheter pour y raconter mes voyages, pour mon moi plus vieille et probablement atteinte d’Alzeihmer. Et aujourd’hui je vous le partage également. Pour ceux qui n’arrivent pas à me relire, j’ai recopié proprement les lignes écrites avec amour. Le tout devait être ponctué de photographies argentiques, histoire d’être bien analogique, mais allez savoir pourquoi je me suis retrouvée avec deux pellicules vierges … (Je pense que ça vient de ce petit accident). Heureusement que j’avais pris 220 photos avec mon Iphone, ce qui sauve un peu les souvenirs de ce voyage !

Vendredi 6 Janvier 2016.
Bien arrivés à l’heure exacte du billet de train. Rémi nous attendait sur le quai de la jolie gare de King’s Cross. Nous sommes allés recharger (pour rien, l’avenir nous le dira un peu plus tard), nos Oyster Cards Visitor pour 10£. Aux bornes, un homme a essayé de vendre des travelcards à l’arraché, à Rémi qui a failli se faire avoir. Sur le chemin, j’ai acheté au premier Tesco venu, deux pots de Marmite de 250g, pour moitié moins que le prix en France. Le pauvre Rémi était malade, et nous sommes restés chez lui pour la soirée, où nous avons fait connaissance avec son colocataire Simian, qui s’est chargé de nous commander des pizzas chez Domyno’s. J’ai été étonnée de constater l’abondance des choix végétariens et sans gluten (et le prix franchement plus bas).

Vivement demain que l’on découvre Londres avec nos yeux de français émerveillés.

Samedi 7 Janvier 2016.
Debout de bonne heure aujourd’hui, car nous voguons seuls et nous partons à l’aventure comme des grands. On commence par le Natural History Museum. Nous avions vraiment hâte de visiter ce musée, mais je crois que j’ai été un peu déçue. Le musée est très ludique, peut-être est-ce ce qui m’a dérangé ? C’était un mélange entre notre Museum parisien et la Cité de la Science. Tout était vraiment fait pour que les adultes et les enfants comprennent, comparent et apprennent, de manière ludique et qui satisfasse tous les âges. Le musée n’avait pas le charme parisien, un peu romantique et dépassé. Il était trop modernisé. Hormis les « parties communes », restaurants et boutiques. J’ai cependant adoré la section des oiseaux, ou il y avait une pièce sublime, le « Hummingbirds Cabinet », ainsi qu’un dodo empaillé et une magnifique chouette naturalisée. C’était incroyable ! J’ai également beaucoup aimé la collection des mammifères un peu vieillotte et charmante, même si les spécimens n’étaient pas forcément bien empaillés ou en bon état.
Direction la section des dinosaures où les spécimens étaient en hauteur. Il y avait un très bel animatronic de T-Rex. Le squelette du T-Rex était quand à lui, dans une section malheureusement en travaux.

« Hey Priscilla, comment on appelle une chamelle à trois bosses ? »

C’était assez drôle, car seule sa queue dépassait des barrières, assez hautes, de protection du chantier. Il y a également dans ce musée une partie assez intéressante, qui s’appelle le Darwin Center où nous pouvons apprécier des collections d’insectes et regarder les scientifiques oeuvrer, derrière les vitres, un peu comme dans Jurassic Park. Malheureusement il était midi et les scientifiques étaient tous partis manger. A savoir pour la prochaine fois, et pourtant nous étions au Natural History Museum avant l’ouverture des portes. Nous avons terminé la visite du musée par la géniale, et ma préférée, section : The spirit collection, où des centaines, voir même sans exagérer, des milliers d’espèces sont conservées dans des bocaux. La particularité de cette section est que la réserve est également visible du public. Je rêve de m’y perdre*. On pouvait aussi voir l’impressionnante collection de livres de la bibliothèque du Museum. C’est vraiment une jolie idée. Évidemment nous avons dépensé une fortune dans la boutique du Museum, mais c’était prévu et je suis enchantée des jolies choses que nous avons ramenées avec nous. Nous avions d’ailleurs oublié que nous étions dans le quartier français de Londres et nous avons, une nouvelle fois, été surpris d’être servis par des français. Puis maintenant je veux un buste de Darwin.
Puis nous avons attendu Rémi au niveau du métro pendant près de 45 minutes et avec la faim qui nous tiraillait le ventre. Donc aller au MacDonald’s était mérité. Surtout pour se prendre un Spicy Veggie Burger. Je n’ai pas si hâte que ça arrive en France, si ça arrive un jour, car je risque d’être tentée par la grande chaine, ce qui est un peu contradictoire avec mes valeurs.

*J’ai appris par la suite, que l’on pouvait visiter ces réserves justement pour 10£ !

La suite au prochain article !

4 commentaires sur “Carnets de voyages : Un weekend à Londres #1

  1. Trop bien ce compte-rendu de voyage ! Le fait d’y ajouter des pages scannées lui donne un côté désuet en plus.
    Hâte de lire la suite ! Merci Angie ! 🙂

Laisser un commentaire