Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore

Ca fait un sacré bout de temps que j’ai envie de vous parler du travail de Tomm Moore que j’adore, et ça fait un sacré bail que je ne vous ai pas parlé de dessin animé, le dernier en date c’est Le voyage d’Edgar dans la forêt magique qui date d’octobre … 2014 ! Bouh Angie, Bouh !

J’ai follow, sans savoir comment, un multiplex de Dublin sur Twitter, Multiplex qui passait Le chant de la mer … en gaélique. Ni une, ni deux j’ai sauté sur mon DVD de Brendan et le secret de Kells (j’ai pas encore celui du chant de la mer, mais d’ici dix minutes ça va changer) et j’ai découvert qu’il y avait une piste en breton ! Plus aucune raison pour ne pas le revoir afin de vous en parler, n’est-ce pas ? Tomm Moore donc, je l’ai découvert avec Le chant de la mer, grâce à la promotion de Bruno Coulais et surtout de Nolwenn Leroy que j’aime d’amour et j’assume tellement (même si j’avais voté pour Emma Daumas à l’époque, parce que j’étais dans ma période pop-rock, jean troué). Je vous reparlerai de ce film dans un autre article, mais c’est donc le point de départ de mon amour pour Tomm Moore dont je possédais déjà le premier film acheté 1 euro sur une brocante parce que lapochetteestjoliehan. Et comme il faut parfois juger un film sur son affiche, mon oeil a eu raison.

tumblr_mbcnbhlQnt1qlxpopo1_500

Kells en Vo, c’est l’histoire de Brendan, un « apprenti’ moine d’une dizaine d’année. Il vit avec des moines copistes, dont son oncle est le chef et jure que le monde au-delà de l’Abbaye est laid et dangereux (Histoire bien connue des longs-métrages d’animation Disney, comme La petite Sirène, 1989, Le bossu de Notre-Dame, 1996 ou encore Raiponce, 2010. Le discours ne dépayse pas) et enlumineurs dans l’abbaye de Kells en Irlande au IVeme siècle, et apprends cet art avec le frère Aidan, la star des enlumineurs. Le jeune Brendan franchira la muraille de l’abbaye en cachette pour aller se procurer dans la forêt les baies nécessaires pour fabriquer l’encre servant au manuscrit. Dans la forêt il y rencontrera Aishleen, une fille louve, avec laquelle il passera plusieurs années dans la forêt, monde magique qui contraste avec l’austérité de l’Abbaye. Lorsqu’il revient, jeune adulte téméraire, il apprend qu’il est l’élu et qu’il doit terminer le livre. Mais bon, il faut des méchants et les vikings vont franchir le mur anti-vikings pour mettre le dawa un peu partout (et y fonder Dublin par exemple, mais ça c’est une autre histoire).

« Ce qui nous a plu dans cette période de l’histoire, c’est que l’Irlande était alors un melting-pot international. Le Livre de Kells a été influencé par différentes cultures : certaines encres viennent d’Afghanistan, certains dessins sont d’inspiration marocaine… Notre petit moine évolue donc à Kells au croisement des influences venant du monde entier. (…) Le Livre de Kells a donc été influencé par l’art celtique, l’art antique irlandais et le christianisme qui voyait le jour à l’époque. » (T. Moore)

Et ce fut d’ailleurs une expérience que de regarder ce film en breton avec sous les sous-titres qui précisaient que tel personnage parlait breton avec un accent africain ou russe. Bref, ce parcours initiatique est hors du commun dans le milieu des dessins animés (à ma connaissance), Tomm Moore s’inspire de l’imaginaire celtique pour un design fabuleux, un univers visuel d’enluminures, iconographies kaléidoscopiques et créatures merveilleuses pour y conter l’histoire d’une lutte contre l’obscurantisme moyenâgeux, d’une bataille pour l’art et du passage à l’âge adulte par le dépassement de soi. Brendan et le secret de Keels manque parfois de rythme mais le film est assez court (1H15) pour ne pas le sentir. Le CNC a produit un super dossier pédagogique à propos de ce film que je vous encourage à télécharger pour approfondir les réflexions autour de ce film.

onsUhkI

Ce petit film produit par les studios irlandais Cartoon Saloon qui ont produit, outre Le chant de la mer, la trop jolie série visible sur Netflix, Puffin Rock. J’ai également découvert sur le site que le studio produisait une série en irlandais (gaélique donc) Anam An Amhráin qui s’inspirerait de chansons traditionnelles gaéliques, j’ai trouvé des extraits sur Internet c’est magique !

Le manuscrit biblique de Kells existe vraiment et est visible à l’Université de Dublin (justement je cherchais une bonne raison pour y trainer Joris).

kells

 

Laisser un commentaire