2016 au Cinéma ! #7

Ooooooops, un article oublié dans les tréfonds des articles en brouillons. Alors qu’il était prêt. C’est mal, c’est très très très mal …

Le Jolly Roger - Cinema7

Et c’est parti pour un nouvel et long article cinéma, cette fois ci principalement composé de films de Jacques Demy (je me suis re-re-re-refait sa filmographie) et de Virginie Efira parce que j’en suis amoureuse depuis La Nouvelle Star et j’ai une folle envie de revoir mes DVDs de Off Prime c’est pour vous dire ! (Mais si je regarde Off Prime c’est certain que je vais enchainer avec Hero Corp et je ne sortirai plus jamais de chez moi)

Le Jolly Roger article cinéma 7 012 Le Jolly Roger article cinéma 7 02

1 – Lola de Jacques Demy : Lola c’est un beau film avec Anouk Aimé, le premier d’un triptyque dans la filmographie de Jacques Demy (Avec Model Shop et Les parapluies de Cherbourg ainsi qu’une petite citation dans Les demoiselles de Rochefort) c’est également le premier long métrage de Demy et déjà on y retrouve des chansons, des marins et des parents qui élèvent seuls leurs enfants.

2 – Model Shop de Jacques Demy : Le deuxième film du triptyque de Lola que je n’avais encore jamais vu et que … j’ai détesté. Je ne sais pas si c’est le côté américain (tournée aux USA en langue anglaise) le fait que ce n’est pas Harisson Ford au casting alors qu’il aurait du l’être ou l’histoire de ce type qui erre qui ne me touche absolument pas. Ce film manquait de cette petite magie qui fait le cinéma de Demy. Et je me suis aperçue que je n’avais aucune empathie non plus pour Lola.

3 – La baie des anges de Jacques Demy : Bah là non plus je n’ai pas trop accroché, j’ai un petit problème avec Jeanne Moreau cela dit, que je trouve hyper vulgaire, ça n’aide pas. Cela dit c’était assez sympathique de voir comment un jeune homme d’apparence convenable pouvait tomber dans les pièges des casinos et gagner et perdre des milles et des cent en quelques jours. Je dois avouer que je n’ai jamais mis les pieds dans un casino parce que ça ne m’intéresse pas.

4 – Civil War de Anthony Russo et Joe Russo : Alors là je vais pas m’étendre, car j’ai carrément oublié ce film tellement c’était nul.

5 – Adopte un veuf de François Desagnat : Après un samedi entier passé à dormir (20 heures à peu près, c’est pas mal) j’ai eu envie de prendre l’air et de quitter ma chambre. Je n’attendais rien de ce film et j’ai été agréablement surprise ! Ce n’est pas un grand film de ouf, mais c’est tout de même assez bien écrit et on se sent en empathie avec les personnages et c’est le plus important. Curieusement, je le recommande.

6 – Le chasseur et la reine des glaces de Cedric Nicolas-Troyan : Ah ah ah … Bon. C’était nul hein. On y allait pour le casting surtout (Jessica et Emily <3), mais même elles, elles étaient nulles.

7 – Green Room deJeremy Saulnier : Et bien ça c’était bien !! On ne savait pas du tout ce qu’on allait voir, j’avais un vague souvenir d’en avoir entendu parler en bien

8 – How to be single de Christian Ditter : Curieusement celui-ci aussi je le recommande. Même si tout est improbable, les héroïnes ont des appartements de rêves en plein New York et que, malgré les nuits blanches, les excès d’alcools et autres dépravations, elles ont toujours une peau impeccable et aucun cerne. Alors que moi je mange une petite pizza et je me tape des spots pendant deux semaines. Injustice je hurle ton nom ! Ce n’est pas le film du siècle, mais par ce temps pluvieux de Mai, avec un bon thé et des tartines, c’est top !

9 – Ange et Gabrielle de Anne Giafferi : J’étais malade, coincée au lit, j’ai regardé un truc au pif (je me souviens que j’avais lancé Dirty Papi juste avant, mais que j’ai vomi pendant tout le film). Clairement c’était niais, pas très fou, ça m’a suffi pour mourir sous ma couette. (Plus tard quand je serai grande je voudrai être critique !)

10 – Un homme à la hauteur de Laurent Tirard : Deux mots VIRGINIE EFIRA. Sinon je n’y serai pas allée. Je me demande encore ce qu’elle est allée faire dans cette galère. En soi, l’idée du film est chouette. Comment accepter et vivre avec le regard des autres quand on est un couple atypique (C’est mon choix, Toute une histoire, tout ça, tout ça). Sauf que, primo, il aurait été plus délicat d’engager un acteur nain (bordel ! On n’en manque pas !) plutôt que d’utiliser ce fade Jean Dujardin, qui ne fait que du Jean Dujardin et prendre les spectateurs pour des débiles avec

11 – 20 ans d’écart de David Moreau : L’une des meilleures comédies romantiques françaises de ces dernières années. Virginie Efira est si fraiche dedans, les acteurs se répondent magnifiquement bien ! Rien n’est graveleux, l’humour est subtil. Un vrai moment de délice.

Le Jolly Roger - Les parapluies de cherbourg

12 – Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy : Je crois que c’est le film qui possède la plus triste chanson d’amour de tout les temps (si on excepte la dernière chanson de Céline Dion) et ce dénouement si horrible. Vraiment, à chaque fois je me fais avoir et je pleurniche. Même Titanic ne fonctionne plus, c’est dire ! (Je ne raconte rien, si jamais toi là, derrière ton écran, tu n’as pas vu ce film !)

13 – Rencontres du troisième type de Steven Spielberg : Quand je reçois des SMS c’est les 5 notes phares de ce film. Cela faisait des années que je ne l’avais pas revu et j’avais envie de revoir la tête de chaton de François Truffaut. Chose faite. La fin m’horripile toujours autant, mais les extra-terrestres sont gentils !

14 – Oprhée de Jean Cocteau : Si vous voulez, Jacques Demy à fait un remake assez affreux du film de Cocteau, Parking, dans lequel on retrouve Jean Marais et la jolie Marie-France Pisier. Vous connaissez le mythe d’Orphée, mais il faut le voir traverser les miroirs comme un as !

15 – Le gout des merveilles de Eric Besnard : Toujours dans mon obsession de Virginie Efira, j’avais raté ce film en salle et quel regret ! Une jolie comédie douce-amère, une histoire à peine croyable qu’on croit pourtant sans effort. Toujours admirablement porté par la comédienne belge (je vous jure, c’est ma nouvelle Kate Winslet).

16 – Cléopatre de Joseph L. Mankiewicz : Premiers jours de beau temps, les Haÿne frère et soeur décident de s’enfermer 4 heures durant dans une salle de cinéma pour revoir cet indétrônable classique ! Dois-je en dire plus ? (Tu sens qu’on arrive en fin d’article et que j’en ai marre ?)

17 – Mad love in New York de Ben Safdie et Josh Safdie : Une histoire de SDF accros à l’héroïne. Histoire banale pensez vous, mais le film aborde le sujet avec une rare violence sous fond d’amour malsain. Le communiqué de presse nous rappelle que depuis Requiem for a Dream (Darren Aronofsky, 2000) jamais le sujet ne fut abordé aussi de manière aussi sublime. Certes, les communiqués de presse sont là pour vendre leur produit. Mais il a un peu raison celui-ci. Le DVD/Bluray sort le 22 juin chez Carlotta et il est très bien !

18 – Baden Baden de Rachel Lang : Ou seule comme une baignoire ? Le titre qui semble être une erreur sur mon ticket prend cependant tout son sens en voyant le film. Une véritable bouffée de fraicheur, avec un personnage qui nous ressemble un peu, ne sachant pas où elle va, mais pleine de bonnes intentions. Le film n’est pas prétentieux pour un sou et on sent que certains dialogues ont été vécus par la réalisatrice. Un petit bémol pour les scènes surréalistes de jungles qui certes sont jolies, mais arrivent souvent comme un cheveu sur la soupe.

19 – Il était une fois de Kevin Lima : Oh la la, tu le sens la nuit blanche d’angoisse où, seule dans mon lit, Giselle me consolait comme elle pouvait ? Pour ceux qui ne connaisse pas cette petite merveille signée Disney, il s’agit d’un film parodiant ceux de la célèbre firme. Une princesse en dessin animé, passe dans le monde réel et se retrouve confronté à la vie telle qu’elle l’est. Ou du moins telle qu’elle l’est dans un film où les gens chantent dans les parcs et les oiseaux font le ménage. J’ai essayé mais ça ne marche pas …

Jolly Roger - Demoiselles de rochefort

20 – Les demoiselles de Rochefort de Jacques Demy : Le film ou un petit marin blond va en perm’ à Nantes. Peut être mon film favori de Demy ex aequo avec Peau d’Âne, il ne faut pas exagérer !

Bon, puis du coup un article du même genre va arriver plus tôt que prévu, my bad. N’oubliez pas de me dire ce que vous avez vu / envie de voir ! Je suis toujours très intéressée !

N’oubliez pas le chouette concept La box fait son cinéma !
in-the-box

Laisser un commentaire