En 2016 au cinéma #12

Un mois pile nous sépare de la publication de cet article à celle de son écriture, un mois … et je me rends compte qu’il s’en passe des choses en un mois. C’est fou ! J’ai l’impression que c’était il y a plus longtemps que ça … Bref, trêve de bavardages, voici le nouveau, le tout beau : En 2016, au cinéma !

le-jolly-roger-carnet-cinema
1 – Bad moms de Jon Lucas et Scott Moore :
J’ai un petit faible pour Kirsten Bell, mais je savais que je n’allais pas voir un grand chef d’oeuvre. Pire encore je dois avouer que je savais que j’allais encore assister à un désastre sexiste à base de mamans qui se tapent dessus et de pères non impliqués. J’ai eu raison.
2 – Free dance de Michael Damian : Franchement si vous voulez voir un film sur des élèves en école de danse, qui a un petit scénario et qui n’est pas juste une succession de morceaux musicaux et de chorégraphies, regardez Raise your voice (Sean McNamara, 2004) avec la Queen Duff !
3 – Ma vie de chat de Barry Sonnenfeld : Je pensais, sérieusement, que ça allait être cool. Que ça pouvait être un bon divertissement, limite chroniquable pour Fais pas Genre ! J’ai eu tort. Tout tombait à l’eau, j’étais même gênée parfois. Dommage.
4 – SOS Fantômes de Paul Feig  : Nicolas m’a envoyé une tonne de messages pour me dire en gros que « OMG ce film est génial ». J’ai grandi avec les SOS Fantômes que je connais par coeur et j’avais quand même très envie de voir ce remake surtout à cause de Nico. Le début du film était prometteur, mais ensuite … Et bien ensuite ce fut deux longues heures de gags ratés emportés dans un rythme plat et lent. Alors, est-ce la faute à la VF ? Je ne sais pas, je l’achèterai probablement en Bluray pour le revoir et le juger. Toujours est-il que j’ai été hyper mal à l’aise lors de la scène (spoiler alert people) où le méchant du film provoque un attentat à base de fantômes dans un concert de métal, oui oui, terrible hasard, n’est ce pas ? J’ai par contre beaucoup aimé le fait que le même méchant se réincarne sous la forme gentille du fantôme « logo » et que le film ne reprenne aucun code des précédents. Par contre overdose de clin d’oeil (même si je veux épouser Sigourney Weaver) et un gros bon point pour Kate McKinnon !!!
5 – Suicide squad de David Ayer : Bon, c’était long, c’était chiant. Ça pourrait être renommé « Harley Quinn et les boloss ». Je n’ai pas grandi avec les comics, c’est une culture que je n’ai pas, ou que je n’ai que par les films. Je crois surtout que je suis lassée alors faute au film ou faute à l’overdose de super héros, je ne sais pas.
6 -Peter et Elliott le dragon de David Lowery : Vous pouvez lire mon article sur Fais pas genre !
7 – Star Trek Sans limites de Justin Lin : C’est un peu pareil que Suicide Squad, je suis lasse. J’ai trouvé ce film moins frais que le précédent, plus long.
8 – Comme des bêtes de Yarrow Cheney: Alors là, grosse incompréhension vis-à-vis de l’enthousiasme général, y compris celui d’un chroniqueur de Fais pas Genre qui a pris l’initiative de chroniquer ce film sur le site (je pense qu’il a été payé par le réal pour cet article). J’ai trouvé ça moche et pas drôle et en plus y’a des Saucisses qui font une cover de We go together de Grease, des saucisses qui chantent du Grease. Des saucisses !!!!
9 – Instinct de survie de Jaume Collet-Serra : Je suis une mouette. Allez lire l’article de Joris parce que j’ai la flemme et je suis d’accord.
10 – L’économie du couple de Joachim Lafosse : CHIANT. Je n’argumenterai pas plus, c’est une histoire de gens riches qui se séparent et qui veulent garder la maison. Aucune émotion, rien. Alors est-ce parce que je suis trop jeune et encore trop romantique – quoique ça, ça commence à disparaitre, je suis trop vieille – pour comprendre, mais la critique se touche un peu trop dessus (oui je suis vulgaire, mais sérieusement ?)
11 – Dernier train pour Busan de Sang-Ho Yeon : LE FILM DE L’ANNÉE, allez, salut, au revoir 2016 ! Allez sur Fais pas genre pour en lire une analyse qui dépasse les trois phrases que je m’impose dans cet article !
12 – C’est quoi cette famille ? de Gabriel Julien-Laferrière : En voyant l’affiche, j’ai cru à un remake français de 13 à la douzaine, mais non. Le pitch est plutôt sympa, mais là encore c’est une histoire de gens riches – sérieusement qui possède un appartement vide de 100 mètres carrés en plein Paris ? –
13 – Rester vertical d’Alain Guiraudie : Je ne suis pas du tout cliente de ce réalisateur, j’ai voulu lui laisser une seconde chance, mais non, ça ne passera pas par moi. Je m’en contre-fiche de ces scènes de cul crues, je sens qu’elles sont mises là pour choquer et ça me soule. Et j’ai trouvé le film à la limite de l’homophobie. Film sordide sans aucune utilité. Allez, salut Alain, je ne continuerai pas avec toi !
14 -Toni Erdmann de Maren Ade : J’ai passé un très bon moment devant ce film, quoique la dernière demi-heure m’a paru un peu longue. Malheureusement … Il ne me reste rien de ce film … L’actrice principale, Sandra Hüller, est excellente, mais ce film ne restera pas dans mes annales …

Ouf ! L’article touche à sa fin et merci beaucoup à ceux qui lisent ces articles jusqu’au bout !

giphy

J’ai pris énormément de retard dans les articles cinéma, et j’espère que ça vous donnera quand même l’envie de voir quelques films ! N’hésitez pas à m’envoyer des petits mots pour me conseiller des films ou me demander des retours !

Laisser un commentaire